En savoir plus... Cancer Les marqueurs tumoraux

[imprimer la page]

Marqueurs tumoraux usuels

L’Antigène Carcino-Embryonnaire (ACE)

Sa nature chimique

C’est une glycoprotéine qui est produite normalement avant la naissance. Après la naissance, elle n’est plus produite par l’organisme. Toutefois, il existe un taux résiduel d’ACE chez l’adulte.

Les valeurs normales

Elles sont exprimées en nanogrammes (ng/ml). La valeur seuil de la normalité est comprise entre 3 et 5 ng/ml.


Son intérêt

C’est un marqueur non spécifique.
Il est utile pour les cancers du sein, les cancers digestifs, les cancers de l’ovaire, les cancers de l’utérus, le cancer médullaire de la thyroïde.

Le dosage de l’ACE a une valeur pronostic importante pour les cancers du sein et du colon et il est très utile dans la surveillance thérapeutique et diagnostic des rechutes

Ses limites

Cependant, il faut savoir que de nombreuses conditions médicales peuvent s’accompagner d’une élévation des valeurs de l’ACE. On peut citer, le tabagisme, l’excès d’alcool avec cirrhose, les maladies inflammatoires digestives comme la rectocolite hémorragique, les pancréatites et les hépatites.


L’alpha-foetoprotéine (AFP)

Sa nature chimique

C’est une glycoprotéine normalement produite par le fœtus et par l’enfant jusqu’à un an, par le foie, le sac vitellin et le tube digestif. C’est un marqueur peu spécifique.


Les valeurs normales

Les résultats sont donnés en nanogrammes (ng/ml).
La valeur seuil de la normalité doit être inférieure à 10 ng/ml.

Son intérêt

Son dosage est important dans les cancers du foie (hépato-carcinomes) et les tumeurs germinales, en particulier les cancers du testicule.
Il peut être utile aussi dans le suivi des cancers du pancréas et de l’estomac.

Ses limites
 

Comme pour l’ACE, le taux d'AFP peut être élevé dans certaines pathologies bénignes, comme en cas d’hépatite virale ou de cirrhose.


Le CA 19-9 ou GICA (Gastro-Intestinal Carbohydrate Antigen)

Sa nature...

C’est aussi un antigène circulant qui est surtout associé aux tumeurs digestives.
Il est peu spécifique de la tumeur et de sa malignité.


Les valeurs normales

Les résultats du dosage sont exprimés en unités internationales (UI/ml). Le seuil de positivité est souvent fixé à 37 UI/ml.

Ses indications

Il est surtout utilisé dans le suivi du cancer du pancréas, du cancer de l’estomac et du cancer de l’ovaire.
Il peut aussi être proposé dans le suivi des tumeurs du tractus gastro-intestinal, essentiellement pour l’évaluation du pronostique et du suivi thérapeutique. Son taux est corrélé au stade de la tumeur et à la présence de métastases.
Il est augmenté faiblement dans les cancers de l’estomac.
Il a une relative bonne spécificité dans le cancer du pancréas mais il faut savoir que c’est parfois dans les pancréatites aiguës que les taux sont les plus élevés !
Il est utile dans le suivi des cancers coliques, en association avec la mesure du taux d’ACE.
Il peut être élevé en cas d'hépatocarcinome, mais aussi dans les cirrhoses et hépatites virales.


Le CA125

Sa nature...

C’est là aussi un antigène décrit pour la première fois en 1981 par RC Bast.
Le gène MUC16 codant le CA125 a été localisé dans la région 13.3 du bras court du chromosome 19
Le CA125 est une grosse glycoprotéine qui se trouve à la surface des cellules saines et cancéreuses d’origines mésothéliales : pleurales, péricardiques, endométriales, péritonéales…
Son rôle physiologique est inconnu.

C’est un marqueur peu spécifique, c’est-à-dire que son taux peut être élevé en cas de cancer ou de maladies non-cancéreuses.

Les valeurs normales

Les valeurs de CA125 sont définies en utilisant l’anticorps monoclonal OC125.
Les résultats du dosage sont exprimés en unités internationales (UI)/ml.
La valeur-seuil retenue est de 35 U/l.

Son utilité dans la prise en charge du cancer de l’ovaire

L’intérêt de son dosage est démontré dans la prise en charge et le suivi des cancers de l’ovaire.

  • La concentration du CA125 est fonction du volume tumoral et du stade de la maladie
  • Une élévation du CA125 est présente dans plus de 80 % des cas de tumeurs non mucineuses de l’ovaire


Le dosage du CA 125 est en cours de validation pour le dépistage des femmes à « haut risque » de cancer de l’ovaire car un taux supérieur à :

  • 30 U/ml dans 50 % des cancers de l’ovaire, 18 mois avant le diagnostic clinique
  • 35 U/ml dans 60 % des stades I et 90 % des stades II
  • 65 U/ml dans 50 % des stades I et II


Les limites de son dosage

Le CA 125 peut, aussi, être élevé lors d
es règles (menstruations) ou de la grossesse, ainsi qu'au décours d'autres pathologies tumorales ou non tumorales comme :

  • D’autres affections malignes : cancers de l’endomètre, des trompes, du col de l’utérus, du tube digestif…
  • De la cirrhose, d’une cholécystite, d’une pancréatite
  • Des infections respiratoires ou pneumopathies…


Le CA15-3

Sa nature

L'antigène CA15-3 est le marqueur sérique le plus utilisé chez les patientes ayant un cancer du sein car c'est
un antigène de différenciation du tissu de la glande mammaire produit du gène MUC1 .

Les valeurs normales

Les résultats du dosage sont exprimés en unités internationales (Uarb) (Uarb/ml).
Les valeurs usuelles, normales sont inférieures à 25 Uarb/ml.

Quand faut-il faire le dosage ?

C
e dosage est utilisé comme aide à l'évaluation de l'efficacité thérapeutique en phase métastatique ainsi que pour le dépistage des récidives de la maladie.
Après traitement initial d'un cancer du sein et en l'absence de signes clinique, le dosage du CA15-3 n’est pas systématique.
Il est utile pour juger de l’efficacité d’un traitement car le CA15-3 car il existe une corrélation positive clinico-biologique dans plus de 80 % des cas.


LE PSA

QU'EST-CE QUE LE PSA ?

C'est une enzyme...

Le PSA ( Prostate Specific Antigen )  a été caractérisé au début des années 1970.
C’est une glycoprotéine de 237 acides aminés, et d’un poids moléculaire de 34 kDa (34000 g.mol-1), à activité sérine protéase, produite par les cellules épithéliales de la prostate qui évite la coagulation du liquide séminal et est responsable, notamment, de la liquéfaction du sperme.

Le PSA dans le sang...
 
Le PSA est secrété par les cellules normales de la prostate et par les cellules tumorales. Cependant, l’architecture normale de la prostate ne laisse "filtrer" qu’une infime quantité de PSA dans le sang, à tel point que sa concentration s’y trouve 10 5 ou 10 6 fois moindre qu’au sein de la glande prostatique ou dans le sperme. Elle est ainsi d’environ 0,6 ng/mL chez l’homme adulte de moins de 50 ans.

PSA libre; PSA conjugué...

De 70 à 90 % du PSA du sang est lié à une enzyme, l’alpha1-antichymotrypsine. La mesure du taux du PSA libre ne prend en compte que la fraction non liée aux protéines porteuses comme l’alpha-chymotrypsine (ACT) ou alpha2-macroglobuline.
Pour certains spécialistes, le rapport PSA libre / PSA total (voir le schéma) pourrait être plus précise que les dosages simples.
En règle générale, le rapport de la concentration PSAL/PSAT est plus élevé en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate.

Les taux fluctuent au cours de la vie...

Le PSA est élevé à la naissance, diminue vers 6 mois pour augmente, de nouveaux, vers l’âge de 10 ans jusqu’à la puberté en relation avec l’évolution du taux de testostérone.
Il se stabilise de la puberté à environ 50 ans, puis augmente sensiblement avec l’âge en relation avec le volume de la prostate.
A partir de 60 ans, chez un homme sans cancer de la prostate cliniquement évident, la concentration sérique du PSA augmenterait d’environ 3,2 % par an.

PSA & CANCER DE LA PROSTATE

L’élévation du taux de PSA

Elle observée au cours du cancer de la prostate, serait en relation avec une augmentation du passage de l’antigène au travers de la membrane basale, lorsque celle-ci est rompue. Ce phénomène est décrit sur la deuxième image de gauche.

Cet examen de sang est très largement utilisé depuis le début des années 90 pour le diagnostic de la maladie et pour son dépistage.

En pratique...

Les valeurs normales …
Selon la technique utilisée, un taux sanguin inférieur à 1,5 ou 4 nanogrammes/ml est rassurant.
Un PSA inférieur à 3 ng/ml est considéré comme normal pour les hommes de moins de 70 ans. Le PSA augmente légèrement avec l’age et, 6,5 ng/ml peuvent être considérés comme un taux rassurant chez les hommes âgés de plus de 70 ans.

La demi-vie du PSA
Elle représente le temps de disparition de la moitié des quantités d’antigènes du sang, est de 48 heures. Cette donnée est importante à connaître car le dosage du PSA doit, en principe, être effectué plus de 48 heures après un examen urologique et un toucher rectal.

L'interprétation des résultats du laboratoire
Il s'agit d'un marqueur pratiquement spécifique de la prostate, mais il ne permet pas, à lui seul, le diagnostic exact d'une pathologie prostatique.
Les résultats de ce test donnent des informations directes sur la présence d'un cancer de la prostate. Cependant, le taux du PSA peut être élevé dans différentes pathologies de la prostate comme l'adénome, la prostatite (inflammation/infection de la prostate). Le taux du PSA peut également être élevé après certains examens comme un toucher rectal (de manière non significative), une cystoscopie, la mise en place d’une sonde à demeure ou une intervention sur la prostate.
Plus le PSA est élevé, plus grande est l'éventualité d'une extension du cancer au-delà de la prostate. Le tableau ci-dessus, donne la corrélation entre le toucher rectal et la mesure du taux du PSA.


Taux de détection des cancers de la prostate

Taux de PSA (µg/l)

Toucher rectal  anormal

Toucher rectal normal

Non mesurées

38

5

< 4

12

2

4 à 10

43

7

> 10

76

28

( WH Cooner J Uro 1990;143:1146-54 )

Peut-on améliorer la sensibilité de la mesure du PSA ?

Afin d'augmenter la sensibilité de ce test, il a été proposé d'utiliser les techniques de calcul suivantes :

  • Le taux du PSA peut être ajusté à l'âge du patient,
  • La vélocité du taux du PSA représente l’évolution des taux sur un an (cinétique d'évolution — vélocité). Une élévation de 0.75 ng/ml/an serait en faveur d’un cancer.
  • Le temps de doublement du PSA ou PSADT est parfois utilisé pour suivre la maladie à son stade initial
  • La densité du PSA est le taux du PSA rapporté au volume prostatique : 1 µg/l/10 cc volume de prostate
  • Le rapport PSA libre / PSA total, par exemple, pour un taux de PSA total compris entre 4 et 10 ng/ml, un rapport PSA libre / PSA total <5% est évocateur d’un cancer. A l’inverse, un rapport PSA libre / PSA total >30% est plus en faveur d’une maladie bénigne de la prostate.


Le coût du dosage


Dosage simple : B 70 – 18,90 €
Avec reprise de dosage B 105
Mesure du rapport PSA L/PSA T : B 140.


Mise à jour

3 novembre 2013



Glossaire - Plan du site - Mentions légales
Ce site respecte les principes de
la charte HONcode
. Vérifiez ici.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON
arcagy