IMAGYN >> Association Imagyn >> Association IMAGYN >> Combat pour le remboursement de l’Avastin dans le cancer du col avancé
— IMAGYN —

Combat pour le remboursement de l’Avastin dans le cancer du col avancé

Appel de l’Association IMAGYN
contre le déremboursement de l’Avastin dans le cancer du col de l’utérus

(L’Association IMAGYN, créée en Mai 2014 (JO 15/5/2014 - N°W751224669), a pour but de défendre, aider, informer, et sensibiliser les malades, leurs proches et le grand public sur les cancers gynécologiques.)

 

[ Pour signer la pétition IMAGYN sur l'Avastin, cliquez ici ]

 

20 minutes du Vendredi 9 juin : Le combat des patientes privées d’Avastin

Cancer du col de l'utérus : Le combat des patientes privées d'un traitement indispensable, onéreux et plus remboursé…

MEDICAMENT Des femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus ne peuvent plus suivre leur traitement très onéreux, car il n’est plus remboursé par la Sécurité sociale…

 

[ En savoir plus - 20 minutes - Cancer du col de l’utérus, le combat privé d’Avastin ]

 

Avastin, le combat des patientes privées d'un traitement indispensable

 

Le Monde du 30 Mai 2017 - Des femmes privées d’Avastin contre le cancer du col de l’utérus

L’Avastin – traitement innovant et fort onéreux du cancer du col de l’utérus – ne bénéfice pas du statut dérogatoire qui permettrait sa prise en charge par l’Assurance-maladie. Le ministère de la santé assure avoir « identifié le problème »

 

[ En savoir plus - Le Monde - Des femmes privées d’Avastin contre le cancer du col de l’utérus ]

 

Le Magazine de la Santé & Franceinfo le 22 Mai - Cancer du col de l'utérus : des femmes privées de leur traitement

Depuis février 2017, 400 femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus à un stade avancé ne peuvent plus bénéficier de leur traitement, l'Avastin®. En cause : une décision des autorités sanitaires de ne plus le faire rembourser directement aux hôpitaux qui le prescrivent.

 

[ En savoir plus - Franceinfo - Cancer du col de l'utérus : des femmes privées de leur traitement ]

 

Le Quotidien du Médecin du 18 Mai 2017 - Le Ministère de la Santé dé-rembourse en douce les médicaments du cancer

IMAGYN travaillent depuis plusieurs mois à faire entendre sa voix, le Quotidien du Médecin soutient cette action ! Preuve que les raisons d'IMAGYN sont valables, cette tribune a été publiée de nouveau le 18 mai !

La tribune que « le Quotidien » publie ici a été initiée le 31 janvier 2017 par le réseau de spécialistes cancérologues du GINECO afin d’interpeller les pouvoirs publics sur les conséquences du déremboursement de l’Avastin dans le traitement du cancer du col de l’utérus avancé. Une alerte a également été lancée en février par l’association de patientes IMAGYN (Initiative des Malades Atteintes des cancers GYNécologiques, première association de patientes en France traitant des femmes atteintes de cancers pelviens – ovaires, endomètre, col de l’utérus…) avec une pétition en ligne appelant au remboursement de l’Avastin dans le cancer du col avancé. Celle-ci recueille à ce jour près de 8 000 signatures.

 

[ En savoir plus - Le Quotidien du Médecin - Le ministère de la Santé dé-rembourse en douce les médicaments du cancer ]

 

Conseil Economique Social et Environnemental le 19 Mai 2017 - Médicaments innovants, garantir l'accès aux soins

IMAGYN est intervenu lors du colloque "Médicaments innovants : Garantir l'accès aux soins" au sujet de la non prise en charge de l'Avastin dans le cancer du col.

Les niveaux extrêmement élevés des prix récemment demandés par les industriels pour certains traitements innovants interpellent la communauté médicale, la société civile et l’opinion publique. Les stratégies pratiquées par plusieurs laboratoires pharmaceutiques suscitent de vives oppositions et les Français.e.s demandent plus de transparence dans la fixation des prix.

 

[ En savoir plus - CESE (Conseil Economique Social et Environnemental) - Médicaments innovants, garantir l'accès aux soins ]

 

Témoignage

Depuis le début de son combat pour la remise sur la liste en sus du remboursement de l'Avastin, IMAGYN a reçu des témoignages. Vous trouverez ci-dessous le témoignage d'une proche :


"Voici l'histoire de ma belle-mère:Françoise a 60 ans, elle a appris qu'elle avait un cancer du col de l'utérus en février 2015 avec plusieurs ganglions sur le péritoine, elle a été traitée par chimiothérapie, radiothérapie,curiethérapie sur 6 mois.
Les résultats de ces traitements étaient positifs.Cela a stabilisé la maladie pendant à peu près 1 an. N'étant pas possible d'opérer sur le péritoine, elle aurait du avoir un traitement à vie avec l'Avastin en chimiothérapie d'entretien.
En janvier 2017, elle se rend à l'hôpital afin de recevoir son traitement d'Avastin. On lui demande de rentrer chez elle car l'Avastin est arrêté suite à une nouvelle mesure mise en place...
Depuis, des ganglions sont revenus, des métastases sont apparues aux vertèbres...
Pour Françoise, l'arrêt de l'Avastin ça a d'abord été une incompréhension, car annoncé de but en blanc, sans explication, du jour au lendemain. Et puis c'est aussi la peur... la peur que le cancer se propage.
Il y a aussi un sentiment d'injustice...Pourquoi arrêter un traitement qui pourrait allonger durablement la durée vie des patientes? pour une question de coût? Parce que ça ne concerne "que" 400" femmes? Avec Françoise, ça fait 401.
Elle supportait bien l'Avastin et se sentait plutôt bien ses 6/9 derniers mois..."

 

Appel de l’Association IMAGYN

Le ministère de la Santé vient de prendre la décision de dérembourser un traitement anti-cancéreux : le bevacizumab (Avastin®), pour les femmes atteintes du Cancer du Col de l’Utérus à un stade avancé.

En effet, ce traitement coûteux faisait l’objet d’un remboursement spécifique, directement par l’assurance maladie, comme d’autres traitements d’une liste dite « en-sus », qui dépassent le budget des établissements de soin. Il vient d’être désinscrit de cette liste. De ce fait, dans la quasi-totalité des établissements de soins, les cancérologues ne peuvent plus prescrire l’Avastin®, car leur budget ne le permet pas. Le bevacizumab, dans cette indication est le seul progrès significatif des 20 dernières années dans le traitement des cancers du col de l’utérus à un stade avancé, et devrait pouvoir être proposé à toutes les patientes sans considération économique de la part des centres hospitaliers qui les suivent.

De plus, une étude menée par l’Université de Californie (Pr. TEWARI) a démontré un bénéficie sur l’efficacité de la chimiothérapie et donc sur la survie. Ce bénéfice est essentiel lorsqu’une femme atteinte de ce cancer n’a pas d’autre alternative thérapeutique. Or le retrait du bevacizumab de la liste en sus va remettre en question cette alternative.

En 2015, le cancer du col de l’utérus a touché 2 797 femmes. 1092 femmes en sont mortes. Le but devrait être un recul de la maladie. Cette décision va dans le sens inverse !

Pour nous patientes, porteuses de cancers gynécologiques, il s’agit d’une perte de chance importante : ce traitement améliore l’efficacité des chimiothérapies et la durée de vie des patientes.

Ces patientes pourraient être aussi un jour vos mères, vos épouses, vos sœurs, vos amies, ou vous-mêmes.

Nous considérons que cette politique d’économie est faite en mettant en danger des femmes dont l’espérance de vie pourrait être améliorée et allongée!

C’est pourquoi l’association IMAGYN demande la réinscription de l’Avastin® sur la liste « en-sus »!

 

[ Pour signer la pétition IMAGYN sur l'Avastin, cliquez ici ]
Haut de page

Modifié le 09-06-2017 11:06